Category: Le clipTag:

Le lieu

Sur le papier et les photos, ce nouveau lieu avait l’air idéal : un grand hangar où l’on fabriquait des chars d’assaut, au centre duquel trônait une magnifique verrière vide et toute éclairée, un vrai décor de cinéma !

Nous avions alors écrit tout un scénario autour des seules photos et étions parti faire la visite avec 5 planches de storyboard sous les bras.

Arrivés sur place, déception. L’endroit est totalement différent de ce que  nous imaginions, le hangar est certes grand mais coupé en deux par un immense escalier en fer et la verrière n’est pas vide mais occupée par tout l’office du tourisme de St-Chamond ! Je me tourne vers Guillaume qui me dit aussi sec « non, c’est impossible, le tournage ne peut pas se faire ici ».

C’était pourtant la dernière option qu’il nous restait après des mois de recherches et la date du tournage se rapprochait dangereusement. Nous étions donc à contempler nos feuillets devenus inutiles quand petit à petit, à force de parcourir les lieux, d’autres idées surgirent, Guillaume retrouva le sourire et nous étions bientôt à faire le tour de la verrière comme deux lions, prenant des dizaines de photos et parlant un peu trop fort des nouvelles propositions, ce qui n’a pas manqué d’inquiéter les employés de l’Office qui se demandaient qui nous étions ! (il faut préciser que Guillaume, alors en plein travaux domestiques, était venu en bleu de travail, et moi sortant d’une conférence, en costume soigné, une  équipe de choc…).

Nous sommes revenus enthousiastes, restait maintenant toute l’organisation du tournage. On s’était dit –au départ- qu’on tournait un clip cool avec des amis. Mais vu les idées ambitieuses et les délais impartis, cela s’est plutôt transformé en gestion d’un aéroport un jour de départ de vacances… !

En vrac et en même temps, il fallut organiser tous les plannings et les dispo de l’équipe, une vingtaine de personnes à réunir sur les 2 même jours, négocier les conventions et les autorisations avec la mairie, trouver tout le matériel de tournage, caméras, électricité, cables etc… et assurer le tout. Trouver les camions pour transporter tout cela et les personnes qui avaient le bon permis, organiser les déplacements de l’équipe qui venait de lyon, acheter et préparer la nourriture du régiment pour les deux jours, trouver des costumes pour les danseurs et les musiciens, gérer les désistements de dernière minute…Et comme si cela ne suffisait pas, un autre problème de taille n’était pas résolu : nous n’avions toujours pas terminé la musique !

Un des musiciens avait du quitter Combo Charlie entre temps et le studio prenait du retard. Nous avions préparé le scenario et fait travailler les danseurs sur une musique  à l’état de maquette. Deux jours avant le tournage, nous avons trouvé le Dj capable de finaliser la chanson, mais il était déjà trop tard pour ré-enregistrer et tout était déjà organisé, il fallait tourner…

clip délaissé danseur hangar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *